Comment les reconnaître ?

Cinq espèces d’hirondelles nichent dans notre pays. Trois espèces sont concernées par l’enquête hirondelles, apprenez à les reconnaître !

Sur les 3 espèces d’hirondelles concernées par l’enquête, deux sont plus familières et plus répandues que les autres, ce sont les hirondelles du bâti: l’Hirondelle de fenêtre et l’Hirondelle rustique. L’hirondelle de rivage, comme l’indique son nom se limite aux zones humides naturelles ou artificielles !

Les habitantes du bâti :

L’hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum)

Description: petit oiseau commun des villes et villages, l’hirondelle de fenêtre est facilement reconnaissable, même pour un œil novice. Dos, ailes et dessus de la tête noir-bleuté, ventre et gorge blancs. Elle est reconnaissable à son croupion blanc pur qui contraste avec le reste de son corps plus foncé.

Hirondelle de fenêtre en vol (croupion blanc bien visible) (© R. Dumoulin)

 

Poids: de 13 à 23 grammes

Envergure: jusqu’29 cm

Où la chercher ?

Comme l’indique son nom, l’hirondelle de fenêtre construit son nid préférentiellement sur nos habitations, le plus souvent au sein des villes et des villages. Son habitat ancestral était constitué de falaises, mais les habitations humaines augmentant, elle y a trouvé un lieu propice à sa nidification, au point de la rendre actuellement quasi-dépendante de nos habitations. Dans les zones moins habitées, on peut encore la rencontrer nichant sur des falaises.

L’hirondelle de fenêtre affectionne les villes et villages © G. Gendry

Son nid ?

Construit à partir du mois d’avril, il est formé de boulettes de boue cimentées à l’aide de salive. En forme d’hémisphère, il est généralement collé sous un avant-toit ou dans l’angle d’une fenêtre. Les deux partenaires participent à sa construction. Pour cela, ils effectuent de nombreux allers-retours pour aller chercher la boue nécessaire dans les zones humides (bords de cours d’eau,…). Oiseau colonial, il est fréquent de rencontrer de colonies de plusieurs dizaines de nids.

Petite colonie d’hirondelles de fenêtre (© N.Deschaume)

L’hirondelle rustique (Hirundo rustica)

Description: représentation typique de l’hirondelle, la rustique est un oiseau élégant, qui présente un dessus noir à reflets bleus métalliques et un ventre blanchâtre. Elle est reconnaissable à sa queue présentant de longs filets ainsi qu’à sa gorge et son front rouge-brique.

Hirondelle rustique adulte (© J.P. Leau)

Poids: de 16 à 24 grammes

Envergure: de 32 à 35 cm

Où la chercher ?

A la campagne ! Ou plus largement dans les milieux ruraux à proximité de zones de chasse favorables (prairie, pâturages…). Mais à la différence de sa cousine, elle s’installe à l’intérieur des bâtiments: grange, garage, hangar… Tout est bon pour qu’elle y construise son nid.

Son nid ?

Construit à l’aide d’un mélange de boue et de salive, mais il est souvent agrémenté de quelques brindilles. A la différence de se cousine, son nid est totalement ouvert. C’est une simple coupe prenant souvent appui sur un clou ou un linteau en bois.

Hirondelle rustique au nid (© N. Deschaumes)

ATTENTION

à son faux cousin le Martinet noir (Apus apus) !

Malgré une silhouette similaire, le Martinet noir n’appartient pas à la famille des hirondelles. Entièrement noir (à l’exception d’une zone plus pâle sur le menton, très peu visible) avec un corps en forme de cigare, ses ailes sont effilées et arquées vers l’arrière, tel un boomerang ! Très majoritairement citadin il construit son nid à l’aide d’un mélange de plumes, de poils et de matière végétales agglomérées à l’aide de salive dans une cavité de mur ou sous un toit.

Facilement confondu avec une hirondelle, le Martinet noir possède une caractéristique typique: il ne se pose presque jamais ! Il va même jusqu’à dormir et s’accoupler en vol !Et à la différence des ambassadrices du printemps, le Martinet noir pousse souvent de petit cris stridents en vol.

 Pour résumer: